Le command car radio des artilleurs

Le batiment en ruine est la laiterie du village située en face de la mairie.

A treize heures, des avions viennent aussi nous survoler; des parachutes

nous sont envoyés. Ce sont les armes, les vivres, les médicaments -

pour les blessés déjà nombreux - réclamés par radio. Entre deux rafales

d'obus, les plus hardis s'en vont ramasser ceux qui se sont égayés à

droite, à gauche, dans les prés et les porter au poste de commandement.

La Bataille d'Obenheim, page 87, C.J. Relave